Omega power !

Ma première action pour mon défi de l’hiver sans enfants ni parents HS, concerne l’alimentation. Un point sur lequel on est en déséquilibre dans notre alimentation moderne, c’est les acides gras. On ne peut pas dire qu’on manque d’acide gras en général. Si vous êtes comme moi, il y en a à tous les repas. Mais on a tendance à ne pas varier suffisamment nos sources, et cela provoque un déséquilibre que notre corps n’apprécie pas trop. En particulier, ce déséquilibre favorise les inflammations. Les inflammations, ce sont toutes les maladies qui se terminent en -ite : sinusite, bronchite, rhinite, pharyngite… Alors on va pas leur laisser un terrain favorable !

Les acides gras trans

Déjà, il va falloir se regarder dans le miroir et une bonne fois pour toutes accepter que TOUTES les graisses cuites ou transformées sont néfastes. Oui, il y a des vitamines dans le beurre, mais une fois cuit elles se sont barrées. De plus, à haute température,  la composition chimique se modifie et il se forme des composés dits acides gras trans, dont la forme n’est pas adaptée à ce que notre corps en fait. C’est pareil pour les huiles, à part certaines comme l’huile d’olive, de coco ou de noisette, qui supportent la chaleur jusqu’à un certain point, et encore, faut pas abuser ! On trouve aussi de ces acides gras trans dans les margarines. En effet, pour que les huiles contenues dans la margarine “se tiennent”, elles sont transformées chimiquement. Quand vous regardez la composition, ce sont les huiles hydrogénées. Et ce mécanisme modifie les acides gras, qui deviennent trans, ce qui n’est pas bon du tout.

Maintenant qu’on a mis les points sur les i, il faut encore se regarder dans le miroir et admettre que “non, on n’a pas vraiment envie de se passer de toutes les pâtisseries, les rôtis et les frites pour le restant de nos jours”. Surtout si vos loulous ont l’habitude du steak/frites une fois par semaine, ça risque de mal passer. Alors on reste calme, on respire, et on se dit que c’est comme tout : les bonnes choses faut en profiter, pas en abuser. Donc on limite la casse en décidant de s’offrir un plaisir trans de temps en temps, de le savourer, et de patienter avant le suivant.

Les oméga

Ah, les oméga ! Sûr que vous en avez déjà entendu parler, que vous avez déjà vu les margarines aux oméga 3 “bon pour le cœur”. Mais honnêtement, vous voyez bien ce que c’est ? Là encore, il s’agit de chimie. Les oméga sont des acides gras, donc on les trouve dans le gras (jusqu’ici tout va bien). Ils ont une forme spéciale qui leur permet d’être facilement transformés par l’organisme. Et il y en a de plusieurs sortes: les oméga 3, les oméga 6 et les oméga 9. Ils sont tous nécessaires, mais pas dans n’importe quelle proportion.

Et c’est là que les choses se gâtent. Les oméga 6 on en trouve un peu partout : dans la viande, dans les huiles bon marché (tournesol, arachide, palme). Du coup, on en mange beaucoup. Par contre les oméga 3, il faut aller les chercher. Or il faudrait qu’on consomme au moins 1 oméga 3 pour 5 oméga 6. Pourquoi ? Parce que les oméga 6 favorise l’inflammation et que les oméga 3 la limitent. Alors on va chercher à augmenter la proportion d’oméga 3, en sélectionnant des huiles qui en contiennent comme l’huile de colza, de noix ou de lin. Il y en a plein dans les poissons gras des mers froides : saumon, thon, sardines et maquereaux. Et on peut aussi se tourner vers des œufs de poules nourries aux graines de lin (ces œufs ont le label bleu, blanc, cœur).

Mise en place de l’action

Alors maintenant qu’on sait ce qu’il faut éviter et ce qu’il faut rechercher, comment le mettre en place ? J’ai choisi la formule suivante :

  • une friture par semaine max
  • pas de margarine, ni produits industriels contenant des huiles transformées
  • par contre des bonnes huiles pour la cuisine, vierges, première pression à froid et bio (olive, colza, noix pour les oméga, coco pour la cuisson)
  • des poissons gras 2 fois par semaine (sardines et maquereaux je les prends en boîte, j’avoue)
  • et on mange plein de noix, ça tombe bien , il y en aura même des fraîches bientôt !

Allez, on se motive, et on prend de bonnes habitudes pour la petite famille !

 

Partager l'article
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire sur “Omega power !”

  1. Merci pour ces conseils. C’est top de trouver des applications concrètes. Je suis toujours sur mon problème de petit dej pour les enfants. Comment recommandés tu d’introduire les Omega 3? Est ce que les tartinades (beurres d’oléagineux) sont une bonne option?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *