Problèmes de filles !

Eh oui, nous avons établi une parité stricte à la maison, avec 2 loulouttes et 2 loulous. Maintenant que les filles ont atteint la puberté, nous sommes trois à partager les petits (ou gros) soucis liés au cycle féminin. Ils sont évidemment différents pour chacune et les solutions pour y remédier sont aussi diverses.

On a le droit d'être bien pendant ses règles

Les problèmes pendant les règles

Pour savoir ce qui cloche, il faut revoir un peu comment se déroule le cycle menstruel. Le jour de référence est le premier jour des règles. Il correspond au moment ou la muqueuse de l’utérus, qui n’a pas reçu d’ovule fécondé (youhou ! Je ne suis pas enceinte!), se désagrège. Cela dure de 1 à 7 jours. La perte de sang qui caractérise cette période est normalement peu abondante.

Mais dans certains cas, elle peut devenir un problème. C’est notamment le cas lorsqu’on a un DIU (Dispositif Intra-Utérin ou stérilet) au cuivre. C’est gênant car pas forcément facile à gérer quand on travaille à l’extérieur de chez soi. Mais cela pose aussi un problème de santé car la perte de sang importante fatigue : votre organisme est obligé de fabriquer du sang en plus grosse quantité pour compenser le manque. De plus, ça peut causer une anémie, c’est-à-dire un manque d’hémoglobine dans le sang. On le ressent en étant essoufflée rapidement, souvent fatiguée et une immunité moins bonne.

Le problème des règles trop abondantes

J’ai personnellement connu ce problème. En effet j’ai un DIU au cuivre depuis la naissance de mon dernier bébé et au début, mes règles étaient franchement hémorragiques. C’est très fatigant et je me suis rapidement retrouvée anémiée.

La première chose à faire est de réguler ce problème d’hémorragie et pour moi la solution a été l’acupuncture. Une seule séance a permis de rétablir l’équilibre et depuis j’ai des règles « normales ».

Si vous ne connaissez pas de bon acupuncteur ou que vous préférez une autre solution, il faut savoir que l’hémorragie est causée par une réaction inflammatoire. Votre utérus, et on le comprend, voit le DIU comme un agresseur et cherche à se défendre. Donc là, vous pouvez rajouter des anti-inflammatoires dans votre alimentation : oméga 3, curcuma. Attention ! Les oméga 3 fluidifient le sang, donc il faut éviter de prendre des compléments contenant des oméga 3 pendant les règles. Mais tout le reste du cycle, il faut y aller ! Je ferai un article plus poussé sur le curcuma dans un autre article, car ses vertus sont très intéressantes pour notre santé.

Les règles peuvent causer un manque de fer

La deuxième chose à faire est de renforcer la présence de fer dans l’alimentation pour combler le manque. Contrairement à une idée reçue, il n’est obligatoire de se gaver de viande rouge pour combler une carence en fer. Certains végétaux sont aussi un trésor quant à ce minéral : les légumineuses, en particulier les lentilles sont très intéressantes dans ce cas. Il y a aussi certains oléagineux comme les graines de tournesol, de courge, et de sésame.

Et pour un apport très concentré, pensez à la spiruline, une micro-algue aux multiples intérêts, et qui est riche en fer (50 à 100 mg Fer / 100g selon l’origine et la saison). Pour l’absorption du fer, il faut penser à consommer en même temps de la vitamine C, par exemple un filet de jus de citron. Si l’anémie ferriprive est installée, il faut du temps pour revenir à un niveau normal, il vaut mieux prévenir que guérir, et donner l’habitude à vos grandes filles de consommer du fer pendant les périodes de règles.

Les problèmes avant les règles

Ouf, les règles sont terminées ! Le cycle se poursuit par l’augmentation de la muqueuse utérine en vue d’accueillir un hypothétique futur bébé. Quatorze jours après le début du cycle a lieu l’ovulation : un ovule est expulsé d’un ovaire (voire des deux) et va progresser en direction de l’utérus en attendant une éventuelle fécondation. L’ovulation correspond à un « déchirement » de la paroi externe de l’ovaire et peut être douloureuse. Pas grand-chose à faire dans ce cas, mais c’est en général assez court et peu intense.

Le syndrome pré-menstruel

Puis, s’il n’y a pas fécondation, l’utérus se rend compte qu’il a travaillé pour rien et le taux d’hormones (œstrogène et progestérone) va descendre plus ou moins brutalement. C’est cette chute qui provoque le si célèbre syndrome pré-menstruel (SPM pour les intimes). Comme son expression dépend en partie du taux d’hormones, il a tendance à être exacerbé chez les jeunes filles. Il se manifeste à la fois par des signes physiques et psychologiques. On peut souffrir de dépression d’irritabilité, de gonflement (seins, ventre), de douleurs abdominales, de maux de tête… Bref, tout un florilège dont on se passerait bien.

Et pour ça, plusieurs solutions. Pour réguler le problème de fond, c’est-à-dire la variation hormonale, on peut utiliser l’huile d’onagre. Cette huile, en plus de contenir des acides gras polyinsaturés qui nous font du bien, a aussi une action sur le système hormonal féminin. Il existe des capsules à prendre en cure d’au moins deux mois et qui jouent sur tous les symptômes du SPM. Une autre alliée est la tisane de feuilles de framboisier. Cette tisane « amie des femmes » aide à réguler les problèmes liés au cycle féminin. On peut en consommer 2 à 3 tasses par jour, attention cependant si vous faites de la rétention d’eau car elle accentue ce phénomène.

La tisane de framboisier est une solution à beaucoup de problèmes liés aux règles

Les douleurs dues aux règles

Les douleurs abdominales, avant et pendant les règles peuvent être soulagées par des moyens externes. Ces douleurs sont causées par des spasmes de l’utérus, qui doit se débarrasser de la muqueuse en trop. La bouillotte chaude, un de mes remèdes de grand-mère préféré, soulage ces spasmes. On applique la bouillotte chaude, mais non brûlante, sur le bas-ventre et on attend tranquillement… Pour les moments où on n’a pas le temps d’attendre, on peut utiliser des huiles essentielles.

Pour un mélange de 15 mL, prévoir 30 gouttes d’huile essentielle de lavande fine et 30 gouttes d’huile essentielle de litsée citronnée à compléter avec de l’huile de macadamia. En cas de douleurs, vous appliquez quelques gouttes du mélange sur le bas ventre et vous pouvez renouveler 6 à 7 fois par jour.

Problème de cycle

Dans certains cas, ce qui pose problème c’est le cycle lui-même. Comme leur nom l’indique, les règles sont censées être régulières : le cycle devrait avoir une durée fixe. Cette durée peut varier d’une femme à l’autre, de 21 à 35 jours dans les extrêmes, mais plutôt aux alentours de 28 jours pour la plupart. Il y a problème lorsque cette durée varie chez une même femme. Ce n’est pas facile à gérer, mais surtout, ça peut causer des problèmes au moment où elle veut concevoir un enfant. Si vous êtes dans ce cas, encore une fois l’huile d’onagre et les tisanes de feuilles de framboisier peuvent vous aider, en stabilisant les productions d’hormones.

Bref, avec tout ça, on va prendre soin de nous, parce que « nous le valons bien »;) !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *